Pseudo : Mot de passe :  
 
Accueil
Clinique
Rééducation
Recherche
Articles
Conférences
Contact
Formations
Liens
Infos

Les echelles et tests

Les échelles et les tests sont des outils afin de préciser le diagnostique du psychomotricien. Il ne s'agit pas de faire passer tous les tests mais d'orienter la passation de certains tests après entretien et reconnaissance d'une problématique possible. Les tests et échelles sont des moyens afin de parvenir à confirmer ou à infirmer une hypothèse. Il s'agit donc d'une démarche strictement scientifique qui est celle d'observer, d'émettre une hypothèse, et de la vérifier ou non. Ainsi, un psychomotricien qui se passe de la démarche d'évaluation ne peut orienter un suivi objectif. Le bilan psychomoteur représente une évaluation de l'état du patient à un moment donné. Il faudra donc réactualiser le bilan régulièrement au cours de la rééducation. Tous les patients en rééducation doivent avoir été informés du résultats de l'évaluation et de leur évolution. Lors du suivi rééducatif le psychomotricien fera repasser à intervalles réguliers les tests qui avaient été déficients lors de la première évaluation. La comparaison test - retest est indispensable afin de :

• poursuivre ou non la rééducation
• changer l'orientation de la rééducation

• d'actualiser la rééducation
• d'objectiver les effets de la rééducation

Pour une pathologie psychomotrice spécifique (comme le trouble de la production écrite) les tests seront spécifiques. Pour une pathologie plus générale (comme le trouble d'acquisition des coordinations motrices) les tests seront plus généraux.
Ainsi, dépendant du motif de la consultation, de l'observation lors de l'entretien, du parcours du patient le psychomotricien sera capable d'émettre une hypothèse de travail et de choisir les outils qu'il devra utiliser afin de vérifier ou non cette hypothèse.
L'objectif de cette rubrique n'est pas d'établir une liste de tous les tests ou échelles existantes mais d'apporter des exemples d'utilisation de tests dans la pratique du psychomotricien.


- La dyspraxie de développement ou trouble d'acquisition des coordinations motrices (TAC)

Le test le plus objectif et complet est l'échelle de développement psychomoteur de Lincoln-Oseretski qui comprend 36 items regroupant 5 facteurs principaux. Cette échelle est de bonne augure mais fait souvent peur aux psychomotriciens de part son temps de passation et son aspect rigoureux. Néanmoins, elle est le seul et unique moyen actuel afin d'objectiver une dyspraxie de développement.
Avant d'utiliser cette échelle complète, il est possible d'établir un pré diagnostique lors de l'entretien, de l'observation et lors de passation de tests spécifiques.
La dyspraxie de développement est une entité nosologique regroupant des signes principaux : trouble de l'équilibre, lenteur motrice exécutive, trouble de la régulation tonique musculaire, trouble des coordinations motrices. De plus la famille peut décrire un enfant qui se cogne, qui chute, qui fait tomber les objets, qui ne s'habille pas seul,... Ainsi, l'entretien et la passation de certains tests spécifiques peuvent amener à un pré diagnostique, qui peut selon l'intensité des troubles suffire à valider le diagnostique. L'important c'est que les observations et les résultats des tests amènent à poser le diagnostique.

Les tests spécifiques utilisés seront :
• les tests d'équilibre postural statique et dynamique
• les tests de coordinations motrices (visuo-guidées et globales)
• les tests de motricité (bi)manuelle et digitale
• l'examen du tonus musculaire
• les tests de latéralisation
• les tests d'imitation de gestes (pour observer des difficulté d'orientation,...)
• les tests du schéma corporel (sens de l'effort, de la position et du mouvement et axe corporel)

Selon les résultats des tests le psychomotricien a le choix de lancer une rééducation ou bien d'approfondir son diagnostique afin de fixer le déroulement du suivi.


- La Dyspraxie visuospatiale et visuoconstructive

La capacité visuospatiale est la possibilité qu'a le système visuomoteur de développer les processus d'analyse et de repérage spatiale (formes géométriques, symétrie, orientation, disposition, direction).
La capacité visuoconstructive est d'utiliser la capacité visuospatiale dans une activité de construction comme celle de faire un puzzle, d'organiser un emploi du temps sur un tableau, de ranger ou de trier des objets, de faire un dessin,...

Les tests les plus utilisés sont :
• les tests d'analyse et de reproduction visuospatiale,

• Les tests oculomoteurs ou optomoteurs touchant à la poursuite visuelle, à l'endurance de la saccade oculaire, à la vergence des yeux. Le psychomotricien pourra en référer à un orthoptiste afin de compléter le bilan oculomoteur,
• Les tests de coordinations motrices visuellement guidées (pointage, visée, réception et préhension statique et dynamique),
• Les tests d'anticipation perceptive visuelle,
• Les tests d'attention sélective et de vitesse perceptive visuelle,
• Les tests graphiques,
• Les tests d'assemblage et de reproduction (cubes, matrices).

L'avis complémentaire d'un orthoptiste (pour le bilan optomoteur) et d'un neuropsychologue (pour la capacité visuoconstructive) sont profitables afin de corroborer au diagnostique et de compléter la rééducation. L'orthoptiste pourra éduquer l'oculomotricité perceptivo-motrice et le psychomotricien éduquera la fonctionnalité visuospatiale et visuoconstructive.
Un bilan postural pourra aussi être envisagé selon les éléments posturo-moteurs observés par le psychomotricien et l'orthoptiste. Certains kinésithérapeutes développent des évaluations posturomotrice sur plateforme de force permettant d'objectiver un déficit postural à l'origine d'une dyspraxie visuospatiale.


- La Dysgraphie ou trouble de l'acquisition de la production graphique

Afin de dessiner ou d'écrire l'enfant doit acquérir plusieurs domaines de compétences. Outre la capacité à tenir un stylo ou à adapter les doigts à l'outil graphique, il existe aussi la capacité visuospatiale à guider l'outil graphique sur l'espace d'un support (feuille,...) ou à évaluer les proportions, les dimensions et les directions, et aussi la capacité à utiliser le mouvement du corps afin d'exécuter l'acte graphique (contrôle de la vitesse, de l'amplitude du mouvement). Pour l'écriture il y aura aussi la capacité à mémoriser la forme des lettres, puis la capacité à les relier en écriture cursive. A cela va aussi s'ajouter des capacités de régulation dynamique du geste graphique qui mêlent les contraintes musculo-squelettiques et tonico-articulaires, le maintien et le déplacement de l'outil graphique sur le support.
Diagnostiquer une dysgraphie passera par l'examen approfondie des domaines de compétences multiples qui sont à l'origine d'une régulation adaptée de l'acte graphique.

Les principaux tests utilisés sont :
• les tests de dessins,
• les tests d'analyse et de reproduction visuospatiale,
• les tests de motricité manuelle et digitale,
• les test de latéralisation manuelle,
• les tests de schéma corporel (sens de l'effort, position et mouvement)
• les tests d'endurance graphique et de vitesse graphique,
• les tests de manipulation d'objets,
• les tests de coordinations motrices oculo-manuelles,
• l'examen du tonus musculaire,
• l'examen de la posture en situation d'acte graphique,
• la palpation de l'avant bras de la main graphique (afin d'objectiver une souffrance musculo-ligamentaire),
• L'examen de la laxité ligamentaire des doigts (pouvant être à l'origine d'une adaptation de maintien digitale spécifique et résistante).

Il existe de nombreux cas où la cause de la dysgraphie est multiple. Ainsi, il faudra éliminer les causes au fur et à mesure de l'évaluation, et garder les facteurs principaux. Un bilan en orthophonie permettra de vérifier l'impact du facteur lexical et orthographique dans le cas d'une lenteur graphique sans déformations importantes des lettres lors de l'écriture. Un bilan orthoptique peut être nécessaire pour mesurer le degré d'impact du facteur visuospatial sur l'acte graphique.

 
Accueil > Rééducation
Olivier Gorgy - Psychomotricien - Dr ès sciences du mouvement humain
48 rue Breteuil 13006 Marseille - Tél : 04 91 57 06 63